Une idée de pub pour Twitter!

Idée pour Idées: Twitter compte aujourd’hui 400 millions d’inscrits et tout est toujours gratuit. Or, si nous voulons conserver ce service, il faut que Twitter puisse obtenir une rentrée d’argent. (Lire l’article)

Du coup, j’espère que les twittériens vont trouver des idées pour conserver ce formidable moyen de communication.

Pour ma part, j’ai pu remarquer que sur Twitter ou sur les plates-formes permettant de lire les TL comme TweetDeck, par exemple…

… Une chose persiste : la photo de l’avatar de la personne et, surtout, l’espace dessous.

Or, cet espace est quasi équivalent à l’espace pris par l’avatar… D’où ma question : cet espace ne pourrait-il pas être utilisé pour y placer un logo publicitaire? …avec une ouverture en popup au clic de la souris sans nuire au service rendu?

Pour être sûr que les gens cliquent, vous pourriez offrir Twitter gratuit à toute personne qui cliquerait sur cinq de ces logos pour avoir accès à 100 tweets gratuits.

Les pubs pourraient être relatives au profil des gens?

Pour les autres, il serait défini un prix pour conserver le service sans aucune pub et sans obligation de cliquer.

Mauvaise idée?

6 Comments

  1. Disons que d’un point de vue « libre », c’est trop sévère, et trop… exigeant.
    Personnellement, je me bat déjà pour éviter toutes les pubs à la con en ligne qui multiplient mon temps de chargement parfois par… dix. Si, si !
    Du même point de vue, ce serait limiter l’accès à la connaissance, ou plutôt le placer sous condition pour pouvoir toujours bénéficier de cet accès.

    Du point de vue « rentrée d’argent », en revanche, cela semble excellent si cela devient imposé.
    Mais niveau Twitter… Je pense que le nombre de tweets par jour selon un graphique, par exemple, représenterait le passage à ce système par, et littéralement, un bien profond puit.

    Pour revenir à ce point de vue « libre », je pense que Twitter, s’il n’était pas tant fermé que cela, deviendrait un véritable bijou d’expression si tout ce système devenait entièrement libre, et financé par des projets d’appels à dons qui seraient obligés de fonctionner, le cas échéant Twitter serait (et ça fait froid dans le dos que de le dire) véritablement décédé.
    Dans le cas où il devient libre, cela peut engendrer une bonne perte d’emploi, mais une hausse énorme que du bénévolat.
    Sinon, pourquoi pas garder la société à but lucratif derrière qui développerait le projet libre, et qui serait financée par des appels à dons… ?

    Pas très stable, comme idée, et sûrement un peu utopique, mais d’autres projets derrière peuvent aussi financer Twitter, et nous avons bien l’exemple de Canonical pour Ubuntu.

  2. Ahh franchement, ton idée me plaît vraiment beaucoup. Wikipédia fonctionne très bien grâce aux dons. Sans communication, il ne peut y avoir de savoir et sans savoir il n’y a rien à communiquer. Maintenant, tu l’as dit… le concept est instable. Je me demande si les gens qui se servent de Twitter pour faire passer des infos et/ou pour faire tourner leur boutique… ne pourraient pas verser d’eux-même un petit quelque chose. Je dois dire que même si je ne suis pas riche, je suis tellement contente de ce que Twitter me rapporte en terme d’amitié, de vitrine, de relais etc… que je trouve qu’une petite somme par mois pourrait être donnée. Pas trop hein? Car je ne roule pas sur l’or, dac?

    Merci pour avoir déposé cette idée de plus, de mieux… Avec toute mon amitié!

  3. Oui, en effet, tout est vicieux…
    L’un dépend de l’autre, l’autre dépend de l’un…

    Au final on perd l’un est l’autre tombe aussi.
    Savoir et communiquation (ou dit « partage », dans un langage plutôt « libre », et que de guillemets…) sont deux facettes d’une même chose plus qu’essentielle pour nous définir en tant qu' »humanité ».

    Sinon quand je disais… « d’autres projets derrière peuvent aussi financer Twitter », j’entendais par là des projets « frères », en quelques sortes, qui intégreraient un système de paiement par inscription ou une masse de publicités afin de pouvoir payer provisoirement Twitter, puis ensuite passer (via une transition plus ou moins longue) de ce système à un système d’appel à don, où, par exemple, les meilleurs donneurs sont récompensés par le titre de, justement, « meilleur donneur ».
    Le donneur et le receveur auraient donc un objectif, chacun, à une même action, pour encourager le tout, pour motiver.

    Et sinon, c’est tout à fait normal de poster des idées, comme ça, sur un si bon blog, pour enrichir celle(s) de départ.

  4. Partager! Oui, parce que nous sommes tous complémentaires. Qu’il n’y a pas de bien sans mal, qu’il n’y a pas d’extérieur sans intérieur et que sans mon lectorat, mon site et moi, ne servirions à rien.
    Quand on réfléchit un peu, on en arrive vite à se dire que le patron n’est rien sans les ouvriers et que eux ne sont rien sans un patron pour dénicher des contrats. Nous devrions tous pouvoir nous entendre. Nous avons tellement appris de notre Histoire, qu’il est difficile aujourd’hui de ne pas s’inquiéter de voir les choses se faire et se refaire comme nous avions dit que nous ne le ferions plus jamais.

    Toutes les idées que j’ai (bonnes et mauvaises) je les donne pour que les gens spécialisés en fasse quelque chose de bien, de mieux, de plus intelligent.
    J’adore le partage parce que j’ai autant de plaisir à donner qu’à recevoir. Si pas plus à donner qu’à recevoir d’ailleurs.

    Soit, je suis récompensée à chaque fin d’article par Vous Toutes et Tous ….et ça, croyez-moi … c’est comme un sourire… ça réchauffe le coeur très très longtemps.
    Merci de rebondir sur mes idées pour les transformer en quelque chose de bien, de possible. Merci de ne pas vous arrêter à la faute, à l’erreur, au petit détail qui cache l’idée.

    avec Vous et pas Contre vous,
    Ema

  5. Si les choses se font et se refont, c’est que tout simplement les personnes qui arrivent à chaque génération n’ont pas vécu ce que leurs prédécesseurs ont vécu: c’est évident, c’est tellement évident!
    Il en ressort que, quasi inévitablement, étant du genre humain eux aussi, ils apprennent, se trompent aussi parfois de la même façon et commettent les mêmes erreurs forcément et ce dans de nombreux domaines.
    Cela profite à certains qui jouent durablement sur cet état de fait sachant que justement d’une génération à l’autre…
    On oublie pas: on ne savait pas et on apprend, alors pendant ce temps les recettes qui fonctionnaient auparavant sont remises en place pour les « nouveaux » et c’est reparti jusqu’à la génération suivante!
    Le cadre, les vêtements…changent mais les besoins et les envies sont toujours fondamentalement les mêmes.

  6. C’est très très intéressant de lire votre opinion sur le problème! Cela explique bien des choses. D’ailleurs, il y a peu j’ai lu un article qui disait que les personnes qui ont des idées (comme les miennes) peuvent même laisser croire (pourvoir de l’espoir) alors que ces idées simplistes porteuses de solutions ne sont pas possibles dans le sens où je ne peux pas connaître chaque dossier à fond.
    Cela me fait et m’a fait beaucoup réfléchir.
    Merci pour cette opinion précieuse!

Auriez-vous une autre idée?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>