Energie solaire: Du sel fondu stocke l’énergie pour une électricité sans heure creuse!

 

Espagne — Energie solaire : Afin de pro­duire de l’én­ergie à par­tir d’une cer­taine heure, l’Es­pagne a mis au point un pro­jet “Gema­so­lar” qui apporte une solu­tion aux heures sans soleil!

Si j’ai bien com­pris, chaque miroir solaire suit le soleil pour cap­tur­er un max­i­mum d’én­ergie. Tout à côté, des tubes con­ti­en­nent du sel. Ce sel est chauf­fé à plus de 1000° Fahren­heit et la vapeur pro­duite est trans­férée dans des lieux de stock­age. Ensuite, cette vapeur fait tourn­er une tur­bine qui génère de l’élec­tric­ité!

Bref, ce sys­tème de stock­age excep­tion­nel devrait per­me­t­tre de con­tin­uer la pro­duc­tion élec­trique durant … 15 heures sans aucun apport d’én­ergie solaire!  … 

Extra­or­di­naire idée à “recopi­er”

En savoir plus »> Clic Clic Clic

Img Diapo

  • Bril­lant. Le principe d’in­vestisse­ment énergé­tique est ici presque nul puisque les pho­topiles pro­duisent l’én­ergie néces­saire à la regénéra­tion du cycle. Les sys­têmes vapeurs sont très per­for­mants et util­isées dans toutes les tur­bines élec­triques nucléaires, char­bon ect. Sou­vent, il ne s’ag­it que d’adapter les chaudières à la source de chaleur. Il est à not­er que les sys­tèmes the­mo-élec­trique sont peu per­for­mant en terme de couts, mais quand la source est gra­tu­ite et renou­ve­lable, le con­cept peut fonc­tion­ner.

    Cepen­dant, là où j’ai un doute c’est dans l’in­vestisse­ment de base en piles solaires ver­sus la demande énergé­tique de la cen­trale. Il faut alors faire le ratio entre le stock­age dans des bat­ter­ies de piles ou encore ce sys­tême.

    C’est cepen­dant ingénieux et si nous enlevons la dimen­sion solaire pour met­tre maréo­motrice … cela pour­rait peut-être plus rentable ou effi­cace dans cer­taines régions moins ensoleil­lées. Une adap­ta­tion dans la sourec élec­trique pour­rait per­me­t­tre une général­i­sa­tion du sys­tême au niveau plané­taire.

    Un sustême maréao­mo­teur et défi­cient de part son inca­pac­ité à fournir de l’élec­tric­ité hors marées, même chose avec les héoli­ennes.

    En règle générale, 1 watt = 1 btu. Si la chaudière requiert 40k watt/s , elle requiert 40k btu/s. L’on peut regarder des chaudière basse pres­sion pour d’ap­percevoir que ces engins sont col­ori­vores bien que les mod­èles européens soient plus per­for­mants.

    C’est une avenue de stock­age tem­po­raire de l’én­ergie qui a des avenues tant que des moyens alter­nat­ifs ne sont pas plus per­for­mants, moins chers ou moins pol­lueurs.

    Pierre-Luc Charron 1 juin 2012 15h58 Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *