Les jeunes peinent à vouloir enseigner: Voici certainement trois bonnes raisons…

école

Enseigne­ment — Voca­tion : Ne croyez pas que la voca­tion ait dis­paru au sein de l’en­seigne­ment. Cer­taines per­son­nes brû­lent encore de la flamme mais sont empêchées de pro­fess­er pour plusieurs raisons!

Le jour­nal Mar­i­anne (FR) titre : “Au niveau du sec­ondaire, l’hémorragie est même plus spec­tac­u­laire : 21 000 can­di­dats ont présen­té le Capes cette année…contre 35 000 l’an dernier. Au point que dans cer­taines matières, on dénom­brait autant d’aspirants que de postes disponibles ! Un taux de réus­site à 100% : une belle con­tri­bu­tion à la déval­u­a­tion de la pro­fes­sion…(src) ”

école

Oui, il y a tant d’empêchements! Je vous emmène faire un petit tour dans mes pen­sées… A pren­dre, à laiss­er, à oubli­er, à véri­fi­er, mais surtout ne pas vous fâch­er parce que franche­ment … je ne suis pas le prob­lème. Soit, on résout le prob­lème et puis on m’en­voie des tomates, dac?

Pourquoi, les jeunes ne veu­lent-ils pas enseign­er?

 1. Parce qu’ils sor­tent de l’é­cole et ont vu le chaos qui règne dans cer­tains class­es !

Aujour­d’hui, les pro­fesseurs doivent d’abord par­venir à appren­dre à un élève à ne pas danser sur son bureau avant de pou­voir pro­fess­er. Ce n’est évidem­ment pas de sa faute. L’en­seigne­ment n’a pas le con­trôle sur les enfants qui sont mal éduqués, qui n’ont peur de rien .… ni de la remon­trance, ni de la puni­tion, ni de quoi que ce soit…

Que faire? Pour cer­tains, il s’ag­it de revoir ou de réap­pren­dre les règles parentales qui fonc­tion­nent (Les idées ne sont jamais que le doux mélange d’un passé et d’un présent). Les enfants n’ont pas tous les droits. Et aus­si com­pren­dre que la peur est un moteur tan­dis que l’an­goisse, une hor­reur!  380.000.000 de dépres­sifs, ça fait réfléchir sur le rôle de la psy­cholo­gie…

  Parce que pour enseign­er en sec­ondaire inférieur (âge de l’en­fant 11–15). Il faut faire des études trop poussées. Exem­ple con­cret : Mon com­pagnon a un bach­e­lor en math­é­ma­tiques, il ne trou­ve aucune place de rem­plaçant prof de math parce qu’il n’a pas encore la péd­a­gogie… Or, ici en Suisse, pour faire de la péd­a­gogie durant deux années, il est obligé d’in­ter­rompre son mas­ter… S’il veut enseign­er au lycée (15–18 ans), il est obligé de faire son mas­ter + une année de péd­a­gogie… ce qui le coupe dans son doc­tor­at…

Pourquoi? Parce que mon com­pagnon étudie à dis­tance. Il tra­vaille pour vivre et pour pou­voir pay­er ses cours. Dès lors, il pour­rait don­ner cours… mais non… pas pos­si­ble, sans inter­rompre sa volon­té de devenir un jour chercheur. En atten­dant, les répons­es se suc­cè­dent mal­gré le besoin… Vous n’avez pas la pédagogie…pas pos­si­ble.

  Beau­coup d’élèves s’en­nuient à l’é­cole! … Et rien ne se passe. Pour­tant, nous le savons tous… quand un enfant s’en­nuie, c’est la porte aux prob­lèmes. De plus, il y a deux poids, deux mesures… Lorsqu’un enfant sur­doué s’en­nuie, on le trans­fert ailleurs pour éveiller ses pos­si­bil­ités… Lorsqu’un enfant nor­mal s’en­nuie… Per­son­ne ne remet en doute l’ap­proche du cours et sa néces­sité…

Est-ce la faute des profs? NON, les profs sont des employés. Ils obéis­sent aux règles. AU pro­gramme, car ils savent que s’ils en sor­tent, ils seront virés. De plus, quand vous avez besoin d’eux en six­ième, ils pro­fessent en 3ème parce qu’il n’y a plus de prof.…

Que faire? L’en­seigne­ment des matières fluctue tout le temps. Il serait donc indis­pens­able de revoir les cours en fonc­tion des décou­vertes. Le matériel sco­laire devrait être à la hau­teur des attentes… de ce qui se fait sur le marché.

Niveau psy­chologique : vivre sous con­stante pres­sion est le meilleur moyen de faire sauter le bou­chon, sans plus.… (Voir ici pour d’autres solu­tions)

Bref, ce n’est pas nou­veau ce que je viens de dire! Il n’y a qu’une solu­tion : il faut don­ner un max­i­mum de sous pour l’é­cole! Pour qu’il y ait assez de profs, assez de matériel.

Si on me le demandait (alors que mes deux enfants sont grands ou presque) quelle serait ma pri­or­ité pour l’ar­gent de mes impôts… Je dirais : l’en­seigne­ment.

Oui, je parie tout sur l’en­seigne­ment parce que je sais que c’est lui qui don­nera l’en­vie de pro­gress­er aux enfants, c’est le savoir qui per­met le pou­voir… Voyez mon site! Le nom­bre d’ob­jets inno­va­teurs que les jeunes met­tent au point! … Vous avez de la chance, Messieurs les dirigeants de chaque pays, d’avoir encore des élèves qui sont nour­ris par la flamme… de leurs profs, de leurs par­ents et la leur!! !

Appren­dre pour com­pren­dre, com­pren­dre pour savoir; savoir pour agir, agir pour la col­lec­tiv­ité! 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *