CERN : Ils ont pris la mesure spectroscopique de l’antihydrogène!

 

Les elec­trodes du piège Pen­ning d’AL­PHA sont insérés dans la cham­bre à vide et l’ensem­ble cryo­stat. Des positrons com­bi­nent avec les antipro­tons dans le piège pour y for­mer de l’an­ti­hy­drogène (Image: Niels Mad­sen ALPHA/Swansea)

CERN — Anti­matière : Oui, pour la pre­mière fois, les sci­en­tifiques qui tra­vail­lent sur le pro­jet ALPHA au CERN…  ont pu pren­dre une mesure d’un antiatome.

Il y a peu, sou­venez-vous, les sci­en­tifiques avaient réus­si à piéger des atom­es d’an­ti­hy­drogène pen­dant 16 min­utes en util­isant des champs mag­né­tiques afin qu’ils restent en sus­pen­sion à un endroit bien pré­cis »> Clic Clic Clic.

En très gros, dans cette expéri­ence-ci, les physi­ciens ont remar­qué qu’en exposant un atome d’an­ti­hy­drogène à des micro-ondes d’une fréquence pré­cise, celui-ci pou­vait être libéré et …un peu comme un bal­lon dont on laisse l’air s’échap­per =c’est une grosse métaphore vul­gar­isée, dac?… pou­vait se cogn­er dans les murs. Ce dernier l’a fait et d’ailleurs  — telle­ment vio­lem­ment — qu’il a dégagé une anti-par­tic­ule en s’annihilant. Anti-par­tic­ule, dont les sci­en­tifiques ont pu détecter la sig­na­ture…

« Nous avons prou­vé que nous pou­vons son­der la struc­ture interne de l’atome d’antihydrogène, a déclaré Mon­sieur Jef­frey Hangst, porte-parole de la col­lab­o­ra­tion ALPHA. C’est pour nous extrême­ment promet­teur. Nous savons désor­mais qu’il est pos­si­ble de con­cevoir des expéri­ences per­me­t­tant de mesur­er avec pré­ci­sion des antiatomes. »

»> Clic Clic Clic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *