L’«eau virtuelle», un baromètre des ressources globales!

des idées, des solutions, du bonheur

Terre – Eau:  Une équipe de chercheurs du laboratoire d’écohydrologie (ECHO) de l’EPFL en Suisse… publie cette semaine, dans Proceedings of the National Academy of Science (PNAS) et en partenariat avec l’Université Princeton, une nouvelle étude basée sur l’analyse des importations et exportations d’eau dans un pays étranger!

Dans les conclusions, on apprend, par exemple, que plus de six fois le volume du lac Léman, soit 567 milliards de litres d’eau sont exportés ou importés. Que les échanges d’eau à l’échelle de la planète ont doublé entre 1986 et 2007.

Cette étude très intéressante montre les implications de manière beaucoup plus claires. Ainsi, elle démontre que : “la Chine a fait exploser la statistique, surtout à cause d’une décision politique qui s’est traduite, dès 2000, par des achats massifs de soja. Le pays se fournit désormais essentiellement au Brésil. Cela implique certes une moins grande utilisation d’eau d’irrigation que pour la production domestique, mais au prix d’une pression encore plus forte sur la forêt amazonienne… De façon générale, l’Asie trouve désormais en Amérique du Sud ses principaux partenaires commerciaux pour l’eau virtuelle.

Ces graphiques matérialisent l’évolution des flux commerciaux d’eau virtuelle entre les continents, de 1986 à 2007.

En savoir énormément plus >>> Clic Clic Clic  ou Clic Clic Clic

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Img Diapo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *