Ils font remarcher et même courir des rats paralysés!

Suisse — San­té : Une équipe de sci­en­tifiques de l’EPFL et de l’U­ni­ver­sité de Zurich … annonce avoir réus­si à rétablir la mobil­ité des mem­bres inférieurs des rats en réveil­lant la par­tie lésée de la moelle épinière. Ces derniers peu­vent se met­tre à courir, à mon­ter des march­es ou à éviter des obsta­cles!!

«Nos rats sont devenus des ath­lètes, alors même qu’ils étaient com­plète­ment paralysés quelques semaines aupar­a­vant»…s’est ent­hou­si­as­mé Mon­sieur Gré­goire Cour­tine.

La récupéra­tion des mou­ve­ments volon­taires serait équiv­a­lente à 100%.

Il reste désor­mais à voir si la même chose se véri­fie sur l’Hu­main… A suiv­re donc :)

Des sci­en­tifiques de l’EPFL ont pub­lié ces résul­tats dans la revue Sci­ence du 1er juin 2012.

Vous pou­vez lire la pub­li­ca­tion en français ici »> Clic Clic Clic 

 

  • Mer­veilleux. Une telle décou­verte est très pos­i­tive pour le développe­ment de nou­velles tech­niques de réadap­ta­tions.

    Il à util­isé une approche très dif­férente que les méth­odes clas­siques qui prône la non inva­sion des sys­têmes nerveux et de laiss­er le temps faire son oeu­vre. Cepen­dant, il est main­tenant con­nus que les nerf du la colone ne se regénèrent pas pour éviter que nous ne soyons tou­jours dépalancé par de nou­veaux cap­teurs ou con­nec­tions. En apprenant com­ment res­tim­uler la crois­sance cel­lu­laire des cel­lules de la moelle épinière, ils ont ain­si redé­mar­ré les mécan­isme de développe­ment du sys­tème nerveux.

    Je me demande si de telles appli­ca­tions pour­raient être util­isée dans des cas d’alzeimer ou d’am­pu­ta­tion sévère.

    Le con­cept de stim­u­la­tion élec­trique de al zone non con­nec­tée m’in­trigue. com­ment y ont ils pen­sé? Com­ment notre sys­tème nerveux se développe t’il? Les cel­lules crois­sent t’elles dans des noyeaux de con­cen­tra­tion pour ensuite s’in­ter­re­li­er si stim­ulée élec­trique­ment? cer­taines théories du développe­ment du cerveau dis­ent que oui. Ceci pour­rait expli­quer la recon­nec­tion des ter­mi­naisons et la crois­sance cel­lu­laire.

    En fait cela me rap­pelle un livre de sci­ence fic­tion da le série mars par Kim Stan­ley robin­son où un per­son­nage atteint au cerveau reçoit une injec­tion lui redonnant une plas­tic­ité cérébrale, bref un cock­tail chim­ique qui inhibe les sig­naux de non pro­liféra­tion des con­nec­tions nerveuses.

    Ces recherch­es sont peut-être basées sur elles des japon­ais dans le domaine. Il y a 10 ans ils ont opérés des test sur des humains en injec­tant des enzymes de stim­u­la­tion des neu­ronnes mais sans résul­tat con­clu­ants.

    Bref, il y a peut-être une liens entre les traite­ments chim­iques de ces expéri­ences et celle-ci.

    Pierre-Luc Charron 1 juin 2012 16h50 Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *