Que sont les faiseurs du Secret en Suisse?…

En grande majorité d’obédience catholique, les “panseurs” de secret ont tous les yeux levés vers le ciel. Là-haut, il y a une force supérieure, disent-ils. Quelque chose ou quelqu’un qui rend le miracle possible en plus du don de soi-même. Car les gens du secret ne se sentent pas seuls. Ils sont guidés par une force extérieure et intérieure qui se concrétise par l’excellente conduite du praticien, une absolue disponibilité aux Autres, une réelle capacité d’écoute et d’empathie.

S
ouvent connus par le bouche à oreille, les meilleurs d’entre eux, exercent carrément en milieu hospitalier, car les Suisses –  mêmes les plus érudits – sont souvent très ouverts à toutes les médecines non conventionnelles.  

Sollicités jusqu’à 50 fois par jour, dit-on, certains “panseurs” oeuvrent par téléphone, par mail ou par S.M.S. La distance, paraît-il, ne change rien aux effets bénéfiques.  En effet, la pratique du secret consiste dans la majorité des cas à s’adresser à un Saint particulier par l’action d’une prière. La guérison ou le soulagement vient donc d’une sorte de formule magique religieuse récitée à voix basse par le praticien ou parfois dans sa tête.

Ce n’est pas toujours la règle, car pour d’autres services, les faiseurs de secret utilisent parfois des objets comme un pendule (par exemple, pour retrouver un objet perdu) ou pratiquent un rituel spécifique. 

On s’en doute un peu : être disponible exige un temps précieux. Du coup, certains sont obligés d’arrêter de travailler ou de travailler à temps partiel pour se livrer à la pratique du secret. A savoir alors que ces derniers demandent une modeste rétribution pour leurs services. Ce qui nous semble normal car il faut bien vivre et manger aussi.

Malgré cela, dans le canton du Jura, beaucoup croient dur comme fer que payer pour recevoir le secret annule les effets de la guérison, comme par ailleurs, de dire merci…c’est dire l’esprit d’abnégation qui habite les praticiens de cette région…

Au cas où, voici un lien