Conserver les légumes longtemps, c’est possible sans frigo!

Terre – Anti-gaspi: Je me permets ici d’écrire un petit guide sans prétention aucune, qui permettra peut-être aux petits portefeuilles de faire des économies et aux autres d’éviter tout gaspillage de nourriture.


Tout d’abord, dans ce système il faut être prévoyant (e). Faire ses provisions en temps opportun, aux époques les plus favorables de l’année lorsque les légumes sont abondants et peu coûteux. Si vous possédez un jardin, c’est encore plus facile.

Ensuite, il faut savoir que certains légumes se conservent naturellement à l’état frais; d’autres, pour se conserver en bon état, ou acquérir des propriétés sapides, ont besoin de subir certaines préparations… Hélas! C’est toujours à partir d’un travail que viennent les économies…du moins très souvent. 

Généralement, les moyens de conservation employés pour les légumes sont : le sel, le vinaigre, la dessiccation, la cuisson prolongée et la stérilisation.

Les conserves faites maison permettront de fournir (en hiver, alors que les prix montent)…, une belle variété de légumes.

 

En préambule, il faut savoir que certains légumes peuvent rester l’hiver au jardin. Les choux de Bruxelles, les choux verts… qui donnent les brocolis, les scorsonères, les navets, les poireaux NE craignent pas la gelée! (Mais bon, encore faut-il les sortir du sol…du coup, on les rentre)…

————————————-

Les légumes frais

Si vous possédez une pièce sombre et fraîche (une cave sèche et fraîche)… construisez un grand bac à sable (avec du sable fin, sec).

Pourquoi? Parce que les poireaux  (le bulbe doit être enfoui), les carottes,  les choux-rouges  (on coupe les racines et les feuilles inutiles et on plante isolément chaque tête, la racine en bas)…s’y conservent comme dans un frigo!

Les cèleris et les navets dépouillés de leur tige peuvent être gardés à la cave aussi (il ne peut y avoir d’humidité).

Les oignons et les aulx sont conservés pendus en botte dans un endroit frais et sec!

Pour les pommes de terre, c’est en octobre normalement que l’on s’approvisionne. Les pommes de terre doivent être conservées dans un endroit sombre, sans ventilation, à l’abri du froid et de la gelée.

– Si vous possédez un jardin, creusez-y une fosse… On y enfouit les tubercules et on les recouvre de paille ou de feuilles, qui à leur tour sont recouvertes d’une couche de terre.

– Si vous possédez une cave, bouchez les soupiraux et placez une ailette… et construisez un grand bac dont le fond sera recouvert d’une couche de paille. Si vous préférez poser les pommes de terre sur des étagères… tapissez le mur à l’arrière avec de la paille (la paille protège de la gelée, on en trouve dans les magasins pour animaux).

– Si vous possédez une cave humide, isolez les pommes de terre du sol en les posant sur des palettes sur lesquelles vous poserez un lit de paille.

– Si tout ceci n’est pas possible. Les tonneaux font de bons lieux de conservation avec un peu de paille…

Au sortir de l’hiver… (ah bin oui, tout de même :)  )… on peut ressortir ce qu’il reste de nos stocks de pommes de terre. Mais cette fois, on les trie à la main pour ne pas les blesser… Il faut retirer toutes les pommes de terres qui sont gâtées ou germées. Remettre un lit de paille propre et ainsi, vous pourrez encore conserver vos pommes de terre de deux à trois mois…

Combien de kilos de pommes de terre pour un hiver à quatre? 500 kg… (200 jours x2,5 kg)

 

 

avec Vous et pas Contre vous,

Ema

  • l’enfouissement avec paille ça marche aussi avec les carottes? merci de votre réponse

    pone 29 septembre 2015 10h44 Répondre
    • Vous voulez dire d’enfuir des carottes dans la paille plutôt que dans le sable?

      Ema Sandron 29 septembre 2015 11h23 Répondre
  • merci pour ces astuces, c’est exactement ce que je recherche!

    Le cercle de livres 6 février 2014 14h40 Répondre
  • bonjour,
    c’est fort intéressant, c’est aussi une ligne de conduite que j’apprécie
    je pratique aussi es méthodes de conservation avec le minimum d’énergie

    jean claude 18 octobre 2013 9h07 Répondre
  • Intéressant. Merci.

    Gaston Huot (@huogas) 19 septembre 2012 15h05 Répondre
  • De rien, c’est moi qui suis super heureuse de pouvoir partager quelques vieux trucs qui ont fait leurs preuves :) Je vais continuer sur l’idée. Même si, ma foi, il y a redite.
    Merci pour ta gentillesse et ton amitié,
    Ema

    Ema Sandron 19 septembre 2012 0h59 Répondre
  • Héhé, ça vaut bien le coup ça.
    Quelques astuces très utiles quand le frigo sait tomber en panne… Ou tout simplement pour éviter d’en avoir trop.

    Toujours bon à savoir, ça, d’autant plus qu’on ne lit pas ce genre de choses n’importe où…

    Merci bien pour ça alors. :-)

    Tsigorf 19 septembre 2012 0h41 Répondre
    • ou ne pas avoir de frigo du tout…

      mickael 17 octobre 2013 20h33 Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *