Connaissez-vous le métier de “fermier de famille” qui nous vient du Québec?

amapTerre – Agriculture : Lorsqu’on pense au métier d’agriculteur, on pense presque automatiquement à une vie de sacrifices…

En effet, les semaines de travail sont interminables, le salaire frise le smic et parfois il descend dessous.

Du coup, afin de ne pas être les esclaves d’un travail qui n’assure pas un salaire décent, des agriculteurs ont opté pour la vente directe.

Comment? Les consommateurs prépaient les aliments que le paysan va cultiver pour eux et ainsi, il ne doit pas faire d’emprunt, vend sa récolte à prix honorable et peut ainsi vivre de son métier.

Ces contrats se font via une AMAP (Association pour le maintien de l’agriculture paysanne).

Par exemple : une AMAP possède cent adhérents qui déboursent 1 000 € par an pour leurs paniers de légumes bios distribués 48 semaines dans l’année (soit 21 € par semaine).

Grâce à cette rentrée d’argent, les agriculteurs sont assurés de pouvoir se verser deux salaires au Smic horaire et de couvrir l’ensemble de leurs charges (loyer des terrains qu’ils louent, amortissement des machines, semences…).

De plus, certains agriculteurs arrondissent leur fin de mois en vendant des tisanes, de condiments, des produits et liqueurs fabriquées à partir de plantes séchées qu’ils récoltent dans leurs champs ou en montagne. Si trop de légumes sont produits, des ateliers sont mis en place afin de réaliser des conserves.

—————

Une belle idée dont j’avais déjà parlé (clic clic clic) et dont je suis heureuse de rappeler qu’elle existe. Une idée à laquelle j’ajoute par ailleurs… que rien n’empêche certains particuliers d’en faire tout autant… s’ils aiment jardiner et que leurs potagers sont assez grands?

——————–

Sur le sujet, je vous propose un très bel article plutôt complet sur les AMAP >>> Clic Clic Clic