Et si nous avions les moyens de sauver des entreprises de la faillite? De conserver nos emplois?

vivre-ensembleIdée pour Idées : Je viens de lire que 25.000 emplois ont été perdus en Belgique durant cette année. Et le problème, voyez-vous… c’est que suivant la crise d’austérité que traversent TOUS les pays européens…  cette tendance devrait continuer de plus belle :(

Pourquoi? Parce que lorsqu’une personne perd son emploi dans une famille… les achats sont réduits. Et c’est l’histoire du fameux papillon qui bat des ailes sur un continent et qui crée des tempêtes sur un autre.

En réduisant le pouvoir d’achat, les gouvernements ont fait entrer les peuples dans une spirale infernale… un chaîne de dominos géante est en train de tomber !

Alors aujourd’hui, ce qu’il faut faire (en plus de ne pas se laisser faire)…. c’est de trouver des solutions pour que nous puissions conserver nos salaires et donc poursuivre nos achats…

Comment? Eh bien, sur le même principe… ce sont les petits ruisseaux qui forment les grandes rivières. Je propose donc aux sites qui offrent des solutions de Crowdfunding d’ouvrir la possibilité aux entreprises d’ouvrir leur page pour sauver leur PME ou mieux! !

Par exemple, le coeur des Belges saigne pour les travailleurs d’Arcelor-Mittal… Eh bien, ouvrons le projet de sauver l’entreprise. Chacun donne une piécette pour sauver l’emploi de l’autre… Un peu comme le téléthon (dont on ne voit jamais la fin…), rachetons nos entreprises. En passant par un crowdfunding, les Belges vivant à l’étranger peuvent également participer. 

En effet, chaque donneur peut racheter un part de l’entreprise. Ainsi, Arcelor-Mittal pourrait redevenir la propriété du peuple belge !

Idem pour d’autres entreprises et les autres pays

Mais, allez-vous peut-être objecter : Nous donnons déjà tellement! Oui, je sais… mais franchement, entre nous, n’est-ce pas mieux de donner 10 euros pour une entreprise qui va faire tourner la roue économique de votre région? D’y maintenir l’emploi? … plutôt que de vous les faire VOLER par votre banque ou par l’Etat qui, je le rappelle, a désormais le droit de ponctionner votre épargne de 10 %?

Pensez-y les gens! Et si vous le voulez bien… faites tourner cette information afin que les peuples d’Europe puissent réagir! Merci pour votre soutien.

avec Vous et pas Contre vous,

Ema

En 2020, je me rends compte à quel point j’étais idéaliste! … 

———————————

Img Diapo

  • Salut à tous ! Bruno, à mon sens, tiend un discours ecoresponsable, équilibré. La croissance est un piège à cons dans lequel je suis tombé aussi, une abomination destructrice… Ce n’est pas l’emploi qui crée e la richesse mais le chômage, faut-il savoir…?! La propriété, notamment, la lucrative doit être refondée, de même que celle d’usage… Qui, avec la consommation sont LE sujet central à la base !! Ils nous faut d’abord, analyser afin de comprendre une autre façon de vivre… On a bien trouvé de l’argent pour les téléthons ou rembourser la triche de la campagne électorale de Sarkozy ?! Rien n’empêche la même organisation mais pour des trucs honnêtes et dignes… Cependant, c’est sans compter sur les prétentions malfaisantes des financiers parasites prédateurs qui feront tout pour détruire ou récupérer à leurs comptes ces entreprises…

    Ange Soldani 10 décembre 2013 12h45 Répondre
  • Bonjour Ema,

    Je viens de lire ton idée, ça parait à première vue intéressant mais qui te dit que dans le système actuel de compétition intense et déloyale (pays à bas coût du travail, paradis fiscaux, etc), l’entreprise que tu vas sauver ne rechute pas dans quelques mois?
    Comme tu le dis si bien dans ton article, en fin de compte la spirale infernale c’est celle de la pseudo croissance (d’ailleurs je pense qu’il faudrait bannir ce mot de notre vocabulaire :-) : je consomme toujours plus ce qui donne des emplois. C’est faux, archi faux ! Il me semble que notre consommation a énormément augmenté ces dernières décennies, ce qui a plutôt crée du chômage que de l’emploi…
    C’est le syndrome Amazon, dont tu as parlé récemment, a t’on envie de vivre dans un monde composé de multinationales comme Amazon, surpuissante dont le seul objectif est de générer de la productivité au détriment de ses salariés (délocalisation, chantage sur subventions, esclavage, pression démesurée, etc).

    Je serai plutôt pour aider nos entreprises régionales, qui travaillent avec le tissu local, c’est à dire qui se fournissent auprès d’entreprises qui achètent leur matière première également auprès d’entreprises locales. En fin de compte, investir dans des entreprises qui créent de vrais emplois durables localement.
    Et favoriser la réinsertion des personnes ayant perdus leurs emplois au sein de ces structures.

    Mais en fin de compte, il n’y a pas vraiment besoin de donner de l’argent mais plutôt d’adopter chacun à notre niveau un comportement d’achat responsable!

    Plusieurs exemples : au lieu d’acheter un pull chez H&M à 19,9€, qui a été produit au Bangladesh par des esclaves tassés dans des immeubles qui s’effondrent et qui au passage ont un bilan carbone déplorable, pourquoi ne pas payer 30 ou 40€ pour un pull produit localement avec un bilan carbone bien meilleur?
    Pourquoi acheter des oranges en provenance du Brésil alors que nous en avons d’aussi bonnes en Espagne?? J’invite les gens à regarder les provenances des fruits et légumes dans les supermarchés et à s’interroger avant d’acheter.

    Je ne tiens pas un discours décroissant mais plutôt éco reponsable : je suis persuadé qu’une grande partie des emplois perdus aujourd’hui le sont pour des raisons de comportements de consommation irrationnels.

    bruno

    bruno 9 décembre 2013 14h46 Répondre
    • Tout d’abord, je tiens à saluer le fait que tu aies répondu, engagé dans une réponse qui est constructive!

      Tu as raison, ce sont bien les petites PME qu’il faut viser. (J’ai donné l’exemple d’Arcelor parce que c’est un sujet d’actualité. Mais on pourrait parler EADS et des 5100 personnes qui vont se retrouver au chômage.)
      CEPENDANT, et dans un premier temps, il ne faut pas aider que les entreprises en lesquelles, nous ne pouvons pas avoir confiance. Soit, nous connaissons nos entreprises locales et en règle générale ceux et celles qui les dirigent…

      Tout en même temps, on peut acheter de manière responsable en sachant que si on achète un pull fait dans sa localité… son enfant trouvera peut-être un emploi plus tard. A nouveau, il ne faut pas choisir entre deux ou trois belles solutions… mais les unir pour abattre les barricades.

      Merci et Cordialement!

      Ema Sandron 9 décembre 2013 15h22 Répondre
    • D’accord avec toi Bruno.

      Viq 9 décembre 2013 21h39 Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *