Manioc: Ils ont trouvé une manière d’accroître la production de 20%!

ian Saner et Alia Rodriguez
ian Saner et Alia Rodriguez

© Ian Sanders, UNIL

Social — Ali­men­ta­tion : Plus de 5 mil­lions d’individus, prin­ci­pale­ment des enfants, meurent chaque année de mal­nu­tri­tion. 

Voici pourquoi, je suis heureuse de relay­er qu’à l’Uni­ver­sité de Lau­sanne, le Prof. Ian Sanders et son équipe du Départe­ment d’écologie et évo­lu­tion… ont dévelop­pé une approche très promet­teuse pour accroître forte­ment la pro­duc­tiv­ité de plantes comme le man­ioc, recon­nu comme essen­tiel pour la sécu­rité ali­men­taire de la planète, tout en dimin­u­ant de façon impor­tante l’utilisation d’engrais phos­phatés.

Le secret réside dans l’utilisation d’un champignon micro­scopique, dit “mycorhizien”, qui établit une sym­biose avec les racines des plantes, les aidant ain­si à extraire du sol les élé­ments nutri­tifs qui leur sont essen­tiels.

Jusqu’à récem­ment, ces champignons étaient dif­fi­ciles à pro­duire à grande échelle, avant d’être con­cen­trés dans de petits vol­umes pour une util­i­sa­tion pra­tique en plein champ. Ce prob­lème désor­mais résolu, les chercheurs lau­san­nois ont fait équipe avec le Prof. Alia Rodriguez de l’Uni­ver­sité nationale de Colom­bie pour des expéri­men­ta­tions en con­di­tions réelles.

Ils ont ain­si pu démon­tr­er que la sym­biose avec le champignon aug­mente la pro­duc­tion du man­ioc de 20% tout en n’utilisant que 50% des engrais phos­phatés util­isés habituelle­ment par les fer­miers. Les résul­tats sont d’autant plus remar­quables qu’ils sont repro­ductibles sur deux types de sols, d’écosystèmes et de var­iétés de man­ioc très dif­férents, indi­quant ain­si que cette tech­nolo­gie pour­rait être applic­a­ble très large­ment dans toutes les régions trop­i­cales.

Actuelle­ment, quelque 105 pays cul­tivent cette racine et l’enjeu est d’importance au vu du mil­liard de per­son­nes qui s’en nour­ris­sent au quo­ti­di­en.

————————————

Ces travaux ont fait l’objet d’une pub­li­ca­tion dans la revue sci­en­tifique Plos One (édi­tion online du 7.8.2013).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *