47 % des Etats-Unis ne sont pas habités!

surpopulation

Surpopulation – USA : On parle souvent de surpopulation. Pourtant quand on sillonne l’Europe ou suivant la carte que je vais vous montrer…

… on peut remarquer qu’il reste encore bien de la place.

En effet, cette carte des USA indique clairement que 47% du pays est vide de toutes habitations.

Personne ne vit ici

La teinte verte représente les îlots inoccupés. (Photo gracieuseté de Nik Freeman )

Ces zones sont souvent des endroits dits inhabitables (Montagnes, marécages, rivières, déserts), des bases militaires ou alors des parcs naturels.

——————–

Attention : de cette information, il ne faut pas en conclure que nous avons assez de ressources pour nourrir, loger et vêtir tout le monde…Dans ce domaine, tout reste à faire. 

Cependant, en gaspillant moins, en gérant mieux nos patrimoines et toutes nos ressources actuelles et en pratiquant une meilleure politique des naissances… il y a sûrement moyen de changer la donne! 

  • Oui, vous avez raison. Je pense que je voulais surtout signaler le fait qu’il y avait encore de l’espace… car je suis – comme vous – fort préoccupée par l’habitat des espèces. Surtout au su des dernières informations (le guépard ou le léopard qui cherche sa nourriture dans les villes)… le loup qui vient se servir dans les bergeries, les émeus qui cherchent de la nourriture dans les magasins australiens… et j’en passe. Je crois qu’il ne faut pas sous-estimer les problèmes qui existent. Et j’espère que nous trouverons, grâce à des personnes éveillées comme vous, des solutions afin de rétablir l’habitat des animaux ou tout du moins de ne plus les affamer… car comme je l’avais écrit dans un article… sinon nous aurons affaire à une forme d’immigration tout à fait inattendue! Merci pour votre intervention qui recale bien mes idées.

    Ema Sandron 25 avril 2014 16h12 Répondre
  • Il faut avoir en tête que la principale cause d’extinction des espèces (qu’elles soient animales ou végétales) ce n’est pas la chasse, ni la pollution… c’est la destruction de leur habitat. Le simple fait de construire une route, de poser une clôture, d’abattre une parcelle forestière, de détourner une partie du flux d’une rivière peut avoir d’énormes conséquences sur des populations qui voient leur territoire se réduire ou se retrouvent isolées. Et je ne parle des ravages causés par les constructions de barrages et les milliers de km² grappillés chaque années par les zones agricoles ou urbaines sur les zones sauvages. Si on veut préserver la biodiversité, il faut arrêter de mettre nos gros sabots partout et conserver ces zones inhabitées. Les États-Unis ont la chance d’en avoir encore beaucoup… En Europe c’est de plus en plus rare…

    Vianney 25 avril 2014 15h57 Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *