Toyota annonce la sortie d’une berline à hydrogène pour 2015!

voiture à hydrogène

Transport – Voiture : Le constructeur japonais Toyota … annonce la sortie d’une berline fonctionnant à l’hydrogène!

Seul bémol de taille : …via l’intégration d’une pile à combustible (contient du platine et du cuivre ou du chrome et du nickel pour les polysulfones!)

Les véhicules électriques à PAC (pile à combustible) sont propulsés par de l’électricité produite à partir d’hydrogène et d’oxygène. Ils ne rejettent que de l’eau au moyen de leur pot d’échappement. Les véhicules électriques à PAC, considérés comme complémentaires des véhicules électriques à batterie, constituent la prochaine génération de voitures « propres » dotés d’une autonomie de plusieurs centaines de kilomètres.

voiture à hydrogène

Comme les véhicules électriques à batterie, les véhicules électriques à PAC offrent un rendement énergétique supérieur à celui des modèles conventionnels, tout en diversifiant les sources d’énergie au-delà du pétrole.

Sur un véhicule à PAC, l’électricité est produite à bord du véhicule, dans la pile à combustible. Elle résulte d’une réaction électrochimique entre l’hydrogène, stockée dans un réservoir à haute pression conçu à cet effet, et l’oxygène de l’air. Les seuls produits rejetés sont de la vapeur d’eau et de la chaleur.

Soit, il ne reste plus qu’à trouver une pile qui pourra être produite en quantité ! Mais le pas pour l’environnement est grand! Très grand!

Elle devrait être vendue au alentour de 50.000 euros.

Vidéo disparue… comme la technologie (On parle toujours de prototype en 2020)?

En 2020 : RIEN n’est encore au point

  • Merci Vianney pour ces indications ! :D

    C’est peut-être un hasard, mais je ressent l’imprégnation de Jean-Marc Jancovici dans vos propos ! … ?

    Batmania 1 juillet 2014 1h07 Répondre
  • Non, non et non. Tout comme les agrocarburants, l’hydrogène n’est pas un progrès pour l’environnement. Comme l’hydrogène est très rare à l’état naturel, celui-ci doit être produit. Il est principalement à partir d’hydrocarbures (méthane, mais aussi pétrole et charbon), ce qui génère de grandes quantités de monoxyde de carbone (qui est toxique) ou de CO2. Il peut être aussi produit par électrolyse de l’eau, ce qui nécessite une grande quantité d’énergie électrique. À échelle mondiale, l’électricité est produite à environ 70% à partir d’énergie fossiles (en grande partie du charbon + un peu de pétrole).

    Conclusion : utiliser des voitures à hydrogène équivaut à déplacer la pollution du lieu de consommation (les villes) aux zones industrielles où sont utilisées les hydrocarbures pour la production de l’hydrogène. C’est un peu comme dire “Ok pour polluer, mais pas là où je suis”. En plus, quand on sait que les nuages de pollution atmosphérique de Chine atteignent aisément la Californie, il est clair que ce raisonnement ne fonctionne même pas.

    La voiture qui réduit considérablement l’impact sur l’environnement, c’est celle qui pèse 500 kg avec une puissance de 2 CV et dans laquelle on essaie systématiquement d’y mettre 4 passagers (covoiturage).

    Vianney 30 juin 2014 15h40 Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *