Une école simple sans violence? C’est possible!


JE RÉÉDITE :
 Débrouille – Ecole :
 En 2011, la  Ligue des familles belges estimait le coût moyen d’une année scolaire par enfant à environ 1.000 à 8.000 euros pour l’année 2010-2011, tous niveaux confondus (LIRE ICI).

Et suite à cette affirmation et au fait que de plus en plus de parents rejettent un système scolaire qui ne correspond plus à leurs attentes… , je me disais que si les parents donnaient ce montant à des instituteurs choisis par eux, l’enseignement pourrait prendre un tour nouveau ! 

Bien entendu pour une somme pareille, tout le monde ne pourrait pas y avoir droit… sauf à se priver d’autre chose … mais le jeu n’en vaut-il pas la chandelle?

D’autant qu’il ne faut pas oublier que si vous créez votre propre école, il n’y a pas :

– de fournitures scolaires spéciales
– de transports scolaires (enseignement local)
– de repas scolaires atomiques :)
– de racket
– de violence
– d’indifférence
– de jouets sexuels…

– d’obligation de dire une prière

– d’obligation d’acheter des fournitures sportives
– d’obligation de s’habiller à la mode
– d’obligation de participer à des voyages scolaires, etc.

Le tout pourrait bien s’avérer moins cher à long terme et plus bénéfique pour tout le monde!

Bien sûr, je laisse le soin aux spécialistes parmi mes lecteurs de définir et de calculer si c’est possible…

Voici une vidéo qui montre que le projet est possible… A vous de vous regrouper donc… Cliquez ici pour voir la vidéo

avec Vous et pas Contre vous,

Ema

———————

Img Diapo

  • Suite à une question sur Facebook, je me permets d’écrire la réponse ici afin que plus de monde puisse la lire :

    Dans de nombreux pays d’Europe, la législation permet à un parent de donner cours à son enfant. Car si l’enseignement est obligatoire, il n’est pas toujours obligatoire d’aller physiquement à l’école.
    Ainsi, il existe de nombreux sites qui proposent les programmes des différents niveaux scolaires (primaire, secondaire + préparation au BAC (CESS en Belgique), etc…
    Souvent les cours se font par correspondance.
    On peut donc envisager que plusieurs parents se regroupent afin que l’un d’eux (enseignante ou enseignant) prépare les enfants aux différentes épreuves orales et écrites des diplômes à obtenir pour pouvoir aller plus loin.
    Cela étant, nous le savons, il est possible d’entrer à l’Université de son choix et sans aucun diplôme… à partir du moment où l’on réussi l’examen d’entrée qui porte en règle générale sur cinq matières.
    Or en y réfléchissant un peu… on se dit que si seules cinq matières doivent être connues pour entrer dans une université pour apprendre le métier de ses rêves… pourquoi donc s’embêter à connaitre des matières qui n’intéressent pas l’enfant. Mieux vaut le pousser vers ce qu’il aime le plus apprendre, non?
    Bref, mon but n’est absolument pas de contourner la législation ni de faire un pied de nez à l’école qui n’a vraiment, mais alors vraiment pas besoin de cela en plus.
    Mon but, c’est de proposer un système parallèle pour les gens qui veulent choisir d’élever leurs enfants autrement sans pour autant ne pas passer les épreuves obligatoires.
    Cordialement, Ema

    Ema Sandron 4 juillet 2014 16h24 Répondre
  • Excellente idée. Y’a-t-il déjà quelque chose sur pied ? Ou peut-on avoir des informations?

    Rirabien 3 juillet 2014 22h33 Répondre
    • Non pas encore, mais je pense que dans les villages, il faudrait en discuter. Peut-être ouvrir un site pour que les personnes d’un même quartier puissent se regrouper et aussi pour trouver des enseignants qui seraient disposés à donner cours à un petit groupe pour un salaire moindre mais sans être les punching-ball d’un système.

      Ema Sandron 3 juillet 2014 22h51 Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *