Menu

C’est le moment d’aller cueillir les baies du sureau noir!

sureau noirCueillette – Sirop : Quand j’étais petite, ma sœur et moi partions avec notre mère cueillir du sureau noir!

Pourquoi? Parce que c’est avec la baie du sureau noir que maman fabriquait du sirop contre les états grippaux… Au moindre éternuement et début de fièvre signalant un début de refroidissement, elle faisait chauffer du sirop, et une fois dans un grand verre de limonade… nous devions tout boire… 🙂

La recette était très simple : Une fois lavées, elle mettait les grappes de sureau dans une grande casserole remplie d’eau et les cuisait. Ensuite, elle recueillait le jus et ajoutait simplement du sucre.

Le sirop de sureau peut se conserver très longtemps au sec et dans le noir. 

Le nom latin Sambucus fait allusion aux flutiaux (sambuca) que les pâtres grecs taillaient dans le bois tendre du sureau. Galien (médecin grec du IIe siècle de notre ère) recommandait le sureau contre les catarrhes et les excès de mucus. Il tenait son savoir de ses confrères qui avaient jeté les bases de la médecine moderne au cours de l’ère précédente.

En effet, quelques siècles auparavant, Pline l’Ancien attribuait au sureau les mêmes propriétés. Le savoir grec a également voyagé vers l’Asie et le sureau fut intégré à la pharmacopée de la médecine ayurvédique (Inde).

En Amérique du Nord, les Amérindiens attribuaient les mêmes propriétés au sureau blanc (Sambucus canadensis) dont la composition est, comme on l’a découvert plus tard, semblable à celle de son cousin européen.

Au Québec, le sureau blanc a longtemps tenu une place de choix dans la médecine domestique des Canadiens français.

sureau

En Italie, en Belgique, en France, en Allemagne et en Angleterre, on lui reconnaît des vertus diurétiques, diaphorétiques (qui provoque la sudation) et anti-inflammatoires.

Au Moyen Âge, on a utilisé l’eau de sureau (eau dans laquelle on a fait macérer des fleurs) pour éclaircir le teint et atténuer les taches de rousseur. Fleurs et fruits ont longtemps servi à la fabrication de boissons rafraîchissantes. Au printemps, on en buvait de grandes quantités afin de purifier l’organisme des toxines accumulées durant l’hiver. On dit même que certains vins auraient été adultérés avec du sureau. (src)

Une légende qui date de la fin du XIXe siècle veut qu’un marin américain qui s’était enivré avec du porto additionné de jus de sureau ait été guéri de ses rhumatismes.

De nos jours encore, on trouve souvent des sureaux dans les vieux jardins de monastères et, avec un peu de chance, un vieux moine ou une moniale se souviendra qu’on tirait des fleurs et des fruits un sirop contre la toux.[/box]

——————-

Conseil : Prenez une ou plusieurs photographies des baies de sureau, de l’arbre, de ses feuilles… ainsi vous pouvez comparer sur place sans vous tromper. 

A vous de voir! ET A vous de vous renseigner, dac? 

Il y a moins d'enseignements dans ces articles que d'indications d'étude : le désir de ceux qui liront complétera vite et bien toutes leurs imperfections.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  

Categories:   Se Soigner

Comments

Sorry, comments are closed for this item.