Et si on créait des ateliers itinérants aux multiples boulots éphémères?

Bricoleurs

IBricoleursdée pour Idées : Comme vous le savez peut-être déjà, il existe désor­mais des mag­a­sins éphémères. Ce sont des échoppes qui sont louées pour quelques jours et qui per­me­t­tent donc aux arti­sans, par exem­ple, de pou­voir expos­er leurs créa­tions sans être mangés tout cru par les frais!

Et je me demandais si ce ne serait pas bien de créer des ate­liers aux boulots éphémères?

Je m’ex­plique :

1. Le même petit bâti­ment totale­ment vit­ré comme ce qui se fait pour les mag­a­sins éphémères (et d’ailleurs pourquoi pas lui) mais dans les petites villes ou les gros vil­lages.

Un exemple de boutique éphémère

Une bou­tique éphémère située à Paris.

2. Un groupe de bons bricoleurs (geek, cou­turière, bijoutière, répara­teurs en élec­tromé­nagers, etc…) qui se regroupent…Des gens qui vien­nent pour gag­n­er quelques sous en réparant, un micro-ondes, un ordi, un tabouret, un fer­moir, une tirette, des souliers, etc… que les gens amè­nent sur place.

3. Un site qui va avec… et un tableau blanc que l’on voit très bien sur lequel on inscrit le nom, la date, etc… des gens qui vont venir y pro­pos­er leurs ser­vices.  Plus tard, quand il y un peu de sous en trop, on peut penser à acheter une camion­nette en com­mun pour répar­er des choses plus impor­tantes ou les ramen­er dans son ate­lier per­son­nel?

(Et de là, pourquoi ne pas faire de la répa­ra­tion à domi­cile (comme les rem­mouleurs d’an­tan mais adap­tée aux objets d’au­jour­d’hui? ))

Bon. L’idée doit peut-être être fig­nolée un peu … ou pas :)

L’ob­jec­tif de cette idée, c’est d’of­frir une oppor­tu­nité de gag­n­er quelques sous (et pas sa vie dans un pre­mier temps) pour boucler les fins de mois. Mais de déplace­ments dans les villes. Moins d’achats.

Le sys­tème per­me­t­trait aus­si à cer­taines per­son­nes fort douées de leurs mains de se faire une répu­ta­tion et pourquoi pas alors d’en­vis­ager d’in­staller un ate­lier de répa­ra­tion.

—————————–

avec Vous et pas Con­tre vous,

Ema

———–

Image

  • quelle bonne idée !… bon, du point de vue de la loi.…

    angelune 10 octobre 2014 18h27 Répondre
    • Il suf­fit de pay­er ses impôts… pour être en règle. On peut être auto-entre­pre­neur en Suisse sans avoir de numéro de TVA dans un pre­mier temps… Il faut gag­n­er plus d’une cer­taine somme par an pour être obligé(e) de pour­suiv­re les démarch­es. Je crois que c’est 10.000 chf par an… Bref, je le dis bien, il s’ag­it surtout de gag­n­er quelques piécettes pour boucler les fins de mois…

      Ema Sandron 10 octobre 2014 18h32 Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *