make a choicePeuple – Crise : J’adresse cette « lettre » à tous les économistes qui peuvent nous aider. Nous? Oui, nous le peuple! Tous les peuples!

En effet, vous êtes nombreux à nous dire que le chaos est proche, que l’on risque une inflation, déflation, une crise sans précédent, etc…

Puisque vous vous entendez sur ce point, serait-il possible de nous apporter une solution ou plusieurs? Car oui, tout le monde en parle… mais que fait-on pour y remédier?

Alors oui! Oui, il existe des solutions du type : faites des réserves, etc… mais ce n’est pas ce qu’il nous faut. Ce qu’il nous faut, c’est un système parallèle, non?

[su_heading size= »14″]En effet, s’il n’y a plus de monnaie? Si la BCE retire tous les billets en circulation? Si les banques ferment leurs guichets… que pouvons-nous faire pour ne pas paniquer et encore accroître la crise?[/su_heading]

Une monnaie parallèle serait-elle la solution dans chaque contrée, dans chaque ville et village, etc…?

En gros, je vous demande si nous pouvons mettre en oeuvre un système ou plusieurs systèmes parallèles qui… un peu comme un groupe électrogène reprend le flambeau lorsque l’électricité fait défaut… pourrait nous aider à encaisser le coup? Ou nous donner le temps de pouvoir nous retourner?

Merci pour vos réponses!

——————

avec Vous et pas Contre vous,

Ema

Il y a moins d'enseignements dans ces articles que d'indications d'étude : le désir de ceux qui liront complétera vite et bien toutes leurs imperfections.

7 commentaires

  1. Chère Ema, bravo pour ce courage de dire simplement ce que plus personne n’espère ! vous avez raison, il ne s’agit plus d’attendre 10 ou 15 ans ; tout peut se décider en une semaine !

    Et oui d’accord avec Dany : pour que la décroissance programmée se mette en route, il suffirait que les aides financières internationales attribuées aux riches des pays pauvres (et riches) ne soient plus payées par les pauvres des pays riches (et même pauvres). Autrement dit, que nos politiques internationales cessent de prendre de plus en plus aux « petits » pour donner de plus en plus aux « plus grands riches » et cela sans contre-partie.

    Mais qui aura cette volonté ? sinon le peuple du monde entier qui se soulèverait comme un seul homme…est-ce une utopie ?

    • Déjà si on pouvait le faire en Europe! Se lever contre les injustices que subissent ceux et celles qui n’ont parfois plus une seule chance de s’en sortir … Se lever pour dire, MAIS NON! NON, je ne suis pas d’accord de faire la guerre. Et non, je n’irai pas me battre pour une cause que l’on peut résoudre avec de l’intelligence, de l’humilité et moins d’avidité!
      Non, je ne veux pas que des enfants soient crucifiés en Irak au nom de je ne sais quoi mais qui n’est pas Irakien. Non, je ne veux pas que des dessinateurs se fassent tuer pour que des politiques en profitent!
      Non, je suis maman et je n’ai pas mis des enfants au monde pour les voir mourir. Autant que je ne suis pas née pour le voir mourir, ce monde!
      Finalement, il faudrait un gouvernement mondial de médiateurs qui chapeauterait des nations ayant toutes une constitution respectée. Une souveraineté véritable. Une personne; une voix!
      Nous avons besoin de vérité, de transparence, de respect. Tous! Tous les peuples sans exception! Alors oui, je suis utopique Eva mais je crois que chacun de nos messages est contagieux. Que chacune de nos actions en déclenchent d’autres. Nous sommes le Peuple! Reprenons notre place. Avec intelligence et sans violence.

  2. Il existe déjà des monnaies locales. Ce système est fait afin de favoriser le développement d’un territoire ainsi que les productions locales.
    Mais la vraie et seule solution pour couper court à la crise est la décroissance.
    (la croissance actuelle pour nos politique est démesurée, C’est comme un humain, à un moment sonné, il mange, mais ne croît plus, il a éteint sa maturité en terme de croissance.
    Donc, notre société à besoin de stabilité, de ne plus avoir à croître (en terme de développement. La décroissance voulue, programmée est porteuse d’emplois et de développement, non pas sous forme de produits financiers mais de maturité, de savoir « Vivre », de conservation de l’environnement qui permette à nos enfant de continuer à rester sur la planète Terre plutôt que de devoir essayer de chercher un échappatoire vers une autre planète (????).
    DÉCROISSANCE programmée !

    • Merci Dany, mais le problème c’est le temps… Pour faire passer une idée, j’ai appris en philo qu’il fallait trente années. Si on coupe en deux, parce que les cerveaux vont de plus en plus vite … 15 ans, c’est encore trop long! Nous buterons dans l’obstacle au lieu de savoir /pouvoir le contourner et les dommages collatéraux seront énormes! Surtout pour les petits portefeuilles.

      • Le temps ! oui, c’est u problème si on veut résoudre tout en même « temps », mais si on prend l’exemple de l’agriculture biologique ou, je préfère dire « naturelle », sur une durée relativement courte, il est possible de faire des changements très important impactant la création d’emploi, une juste rémunération etc…
        Les obstacles : Monsanto, Beyer & Cie et les financiers. C’est de ce coté que ça bute.