Cette maison est protégée par 150 arbres!

Sur un arbre perché

Archi­tec­ture — Ital­ie : Pro­tégée de la pol­lu­tion comme du bruit par 150 arbres, cette mai­son de Turin (Ital­ie) est un vrai bon­heur pour les yeux!

En chiffres, ces 150 arbres qui entourent la mai­son addi­tion­nés aux 50 plantes dis­posées dans la cour intérieure… absorbent 200 000 litres de CO2 par heure et pro­duisent 150 000 litres d’oxygène/H.

L’ensem­ble con­stru­it il y a quelques années… crée une espèce de micro­cli­mat :)

eco-150-trees-house-25-verde-luciano-pia-torino-5

Une mag­nifique réal­i­sa­tion que l’on doit à Mon­sieur Luciano Pia !

villes verdissent

eco-150-trees-house-25-verde-luciano-pia-torino-2

eco-150-trees-house-25-verde-luciano-pia-torino-7

eco-150-trees-house-25-verde-luciano-pia-torino-6

eco-150-trees-house-25-verde-luciano-pia-torino-8

eco-150-trees-house-25-verde-luciano-pia-torino-9

eco-150-trees-house-25-verde-luciano-pia-torino-13

eco-150-trees-house-25-verde-luciano-pia-torino-15

eco-150-trees-house-25-verde-luciano-pia-torino-10

eco-150-trees-house-25-verde-luciano-pia-torino-17

eco-150-trees-house-25-verde-luciano-pia-torino-12

Plus d’in­fos: divisare.com

  • Très éton­nant.
    A la cam­pagne il y a la même chose. C’est naturel et ça s’en­tre­tient tout seul.
    Pourquoi faire des villes qui soit sont abom­inables de den­sité et de béton ou soit qui ressem­blent à la cam­pagne alors qu’il y a la cam­pagne qui se vide ?
    Parce que la mafia des ban­ques et de l’in­dus­trie volent les ter­res afin de faire du pro­duc­tivisme, afin de faire encore plus de prof­its.
    Le citoyen est non désiré dans les cam­pagnes, sur ses pro­pres ter­res par une organ­i­sa­tion crim­inelle apa­tride en col blanc. Détru­isons cette organ­i­sa­tion tri­par­tite finance, indus­trie et poli­tique.

    Oyez 12 mars 2015 1h47 Répondre
    • Bon­jour Oyez, Ah il y a beau­coup de rai­son pour préfér­er la ville à la cam­pagne ou le con­traire. Tout d’abord, il y a plus d’emplois disponibles. Ensuite… les jeunes préféreront la ville, car il y a de la vie en ville, des danc­ing, des bars, des restau­rants, des bowl­ings, des crèch­es, des attrac­tions divers­es et var­iées, des uni­ver­sités. En ville, il y a des trans­ports en com­mun qui fonc­tion­nent 24h sur 24… pas besoin de voiture. En ville, il y a des lavoirs. A la cam­pagne, il fau­dra acheter machines et sèche-linge. A la ville, il y a des petits stu­dios et l’anony­mat qui va bien avec le fait de n’avoir pas d’ar­gent…
      Quand on vieil­lit, et si on en a les moyens, on préfér­era la cam­pagne peut-être pour le calme, le jar­di­nage. l’air…

      Ema Sandron 12 mars 2015 13h59 Répondre
  • Jamais con­tents !

    Tout le monde se plaint de nos villes qui sen­tent bon le béton, à la couleur uni­forme gris pis­seux, aux formes hyper anguleuses, cas­santes, agrés­sives , etc.…nous sommes nous aus­si devenus assor­tis à cette tristesse générale, un cafard en deviendrait neurasthénique.

    Le cout, le cout vous ne voyez que ça, moi je dis que la vie n’a pas de prix.…il est urgent d’emmener la nature dans nos vies, dans nos villes.
    Nous avons suff­isam­ment détru­it ce qui nous est don­né GRATUITEMENT.
    Vos yeux, vos âmes sont ils devenus aveu­gles à la beauté ??

    lasorciererouge 11 mars 2015 18h47 Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *