La pompe Barsha? Une merveille qui fonctionne sans électricité et qui ne requiert aucun entretien!

barsha

Source image: http://www.climate-kic.org/press-releases/climate-kic-reveals-europes-best-clean-tech-innovation-2014/ Ci-dessus, la pompe Bar­sha actuelle­ment en fonc­tion­nement au Népal.

Débrouille — Sys­tème : Basée sur une idée vieille comme le monde ou presque, la pompe Bar­sha est une roue à eau qui est posée sur une plate-forme flot­tante!

Et alors? Eh bien, cette pompe est sim­ple­ment amar­rée dans une riv­ière. L’eau fait tourn­er la roue qui utilise un mécan­isme à vis pour com­primer de l’air.

Cet air pousse l’eau à tra­vers un tuyau qui aboutit dans le champ à irriguer.

Dans les faits, le sys­tème serait capa­ble de pom­per l’eau jusqu’à une hau­teur de 25 mètres… à un débit max­i­mal d’un litre par sec­onde.

barsha1

Cette pompe ne néces­site aucun entre­tien, aucun apport d’én­ergie extérieure (autre que le débit de l’eau). Elle peut être fab­riquée à par­tir de matéri­aux locaux.


Sur le sujet, je vous pro­pose cet arti­cle »> Clic Clic Clic —  CLic Clic Clic


  • Juste pour info
    L’a­lu­mini­um s ‘oxyde aus­si on l’ap­pelle bien sou­vent la rouille blanche

    ALAIN 9 juillet 2018 8h19 Répondre
  • Des matéri­aux locaux! On dirait qu’il y a 50kg d’a­lu­mini­um dans cette pompe.

    Jean-Marie 27 novembre 2015 19h28 Répondre
    • Il n’y a, hélas, pas énor­mé­ment de matéri­aux légers et résis­tants qui peu­vent aller dans l’eau. L’a­lu­mini­um est util­isé pour fab­ri­quer les bateaux car cet élé­ment qui est abon­dant dans la nature, est léger et qu’il ne se cor­rode pas.
      Je sup­pose que c’est la rai­son pour laque­lle, ils ont util­isés ce sys­tème.
      Après tout, si vous devez renou­vel­er toute la struc­ture chaque année parce que le bois est pour­ri, parce que le fer est rouil­lé… ce n’est pas très écologique non plus.
      Atten­tion, je ne fais pas l’apolo­gie de l’a­lu­mini­um… je donne juste une opin­ion sur le sujet :)

      Ema Sandron 28 novembre 2015 11h48 Répondre
  • Bon­soir

    L’a­van­tage de ce sys­tème de pom­page, c’est qu’il flotte, si j’ai bien com­pris… gros avan­tage en cas de crues, car il reste tou­jours opéra­tionnel. Je rejoins Rachid, et reste un peu sur ma faim… un plan du mécan­isme serait le bien-venu… mer­ci

    Patrick, qui se pas­sionne pour tout ce qui met l’eau en mou­ve­ment.

    patrick hadengue 26 novembre 2015 21h12 Répondre
    • Voici la société qui a mis cette pompe au point, vous y trou­verez des ren­seigne­ments pré­cieux »> http://www.aqysta.com/product

      Pour avoir des nou­velles du pro­duit : http://www.aqysta.com/news

      J’ai ajouté une vidéo dans l’ar­ti­cle aus­si :)

      Ema Sandron 26 novembre 2015 22h19 Répondre
    • Oui Patrick, la pompe Bar­sha flotte bel et bien et donc s’accommoderait d’une crue. Je ne peux pas fournir de plan sans l’au­tori­sa­tion de la société qui est à la source, mais j’ai fourni deux liens et ajouté une vidéo.
      Si je trou­ve encore de la doc­u­men­ta­tion, je promets d’a­jouter à l’ar­ti­cle.

      Ema Sandron 26 novembre 2015 22h22 Répondre
      • Mer­ci Ema pour cette vidéo très explica­tive… en effet, de part et d’autre des “pales moteur”, un enroule­ment de tuyau (que l’on ne voit pas), et à leur extrémité un ori­fice (écope) qui capte l’eau. La rota­tion per­met la mise en pres­sion de l’eau pom­pée et plus la roue tourne vite et plus le débit et la pres­sion aug­mente.

        Ce qui est génial, c’est le fait d’avoir doté cette pompe de flot­teur.

        patrick hadengue 27 novembre 2015 7h25 Répondre
  • cool

    jak 22 novembre 2015 17h55 Répondre
  • Hel­lo :) Thank you for this inter­est­ing post :) Can you tell me the way to build this machine :) ?

    Rachid 12 juillet 2015 3h40 Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *