Science – Découverte : Une équipe d’archéologues dirigée par Monsieur Wolfgang Neubauer… annonce la découverte d’un monument enterré qui aurait été construit à la base par 200 pierres du même acabit que celles trouvées à Stonehenge.

Déjà, ils ont mis à jour 90 pierres couchées sous un mètre de terre à trois kilomètres à peine du site de Stonehenge. Plus précisément à Durrigton Walls.

—————————-

nouveau monument découvert à Stonehenge

La légende veut que Merlin ait amené les pierres de Stonehenge d’Irlande, en une nuit. Aujourd’hui, même si on a relégué l’enchanteur dans les livres de contes, on ne sait toujours pas exactement comment les constructeurs du monument mégalithique ont pu amener plus de 80 « pierres bleues » de 3 ou 4 tonnes chacune depuis le pays de Galles, un trajet de plus de 300 kilomètres en terrain accidenté. Ou comment une centaine d’années plus tard, ils ont transporté sur une trentaine de kilomètres d’autres blocs, en grès massif, de 50 tonnes. Et ce n’est que l’un des nombreux mystères de ce site sacré, étonnant monument : lieu de culte, de sépultures, observatoire solaire…

Mais Stonehenge n’était pas juste un cercle de pierre planté au beau milieu de la campagne, et l’on commence à peine à s’en apercevoir. L’an dernier déjà, une équipe d’archéologues a découvert des ossements prouvant que cette zone était un terrain de chasse et un lieu de vie pour les hommes préhistoriques depuis au moins 9.000 ans.

Au début de ce mois, on apprenait que grâce au hasard d’un tuyau d’arrosage trop court en période de sécheresse, les empreintes dans l’herbe de pierres aujourd’hui déplacées ont été révélées, et ont montré que le monument formait bien, à l’origine, un cercle complet.

Une maison-tumulus massive

Mais la découverte la plus importante provient d’une cartographie numérique détaillée de Stonehenge et de ses environs, dans le cadre du Stonehenge Hidden Landscapes Project (projet des paysages cachés de Stonehenge), mené conjointement par l’université de Birmingham et l’Institut Ludwig Goltzmann pour la prospection et l’archéologie virtuelle. Cette cartographie unique, réalisée notamment à partir de radars à pénétration de sol et de magnétomètres, a permis de mettre au jour des monuments jusqu’ici inconnus, et de mieux comprendre les restes de certains autres découverts précédemment.

Reconstitution 3D du tumulus situé au sud-ouest de Durrington Walls, juste avant que le monument funéraire soit recouvert entièrement (LBI ArchPro, Joachim Brandtner)

Reconstitution 3D du tumulus situé au sud-ouest de Durrington Walls, juste avant que le monument funéraire soit recouvert entièrement (LBI ArchPro, Joachim Brandtner) 

Ce travail a révélé rien moins que 17 nouveaux monuments de l’époque à laquelle Stonehenge a été achevé. Des douzaines de sépultures ont également été placées sur la carte, ainsi que de très grandes fosses, parfois de 4 mètres de profondeur, dont certaines correspondraient à des alignements astronomiques.

Parmi les sites étudiés, un grand tumulus, antérieur à Stonehenge, estimé à 6.000 ans au moins. Ce bâtiment massif de 33 mètres de long était construit en bois, recouvert ensuite d’un monticule de terre. Il servait probablement à l’inhumation rituelle des morts.

 Un fossé rituel de 3 kilomètres… avec des voies d’accès

Durrington Walls, une enceinte néolithique située à 3km au nord-est, était déjà connue, mais il s’avère aujourd’hui qu’elle constituait une sorte de « super-henge » de 1,5km de circonférence, qui, à ses débuts, était flanquée d’une ligne d’une soixantaine de poteaux massifs, sans doute de 3 mètres de haut.

La carte des différents monuments de Stonehenge (LBI ArchPro, Wolfgang Neubauer)

Carte des monuments de Stonehenge (LBI ArchPro, Wolfgang Neubauer)

Le grand fossé connu sous le nom de Cursus, et qui constituait une barrière symbolique avant l’accès à Stonehenge, a lui aussi révélé de nouveaux secrets. Datant de 3.500 ans avant notre ère, il s’étale sur 3 kilomètres, et fait environ 100 mètres de large, avec une fosse sur son côté est. Ce que l’on ne savait pas, c’est ce qui était à l’intérieur. Cette nouvelle recherche a permis de trouver une seconde fosse à l’autre bout du Cursus, dans le prolongement de la fameuse « Heel Stone » qui marque l’entrée de Stonehenge et qui était alignée avec le coucher du soleil lors du solstice d’été. Les archéologues ont également découvert des brèches dans le Cursus, permettant l’accès à Stonehenge. De quoi imaginer cette grande allée, d’est en ouest, comme une sorte de voie de procession rituelle suivant la course du soleil, avec des lignes allant du sud au nord qui guidaient les visiteurs dans leur accès au cercle de pierres, comme le décrit le professeur Vincent Gaffney, archéologue à l’université de Birmingham et leader du projet, au site du Smithsonian Institute.

De l’âge du Bronze à la première guerre mondiale

Les chercheurs ont aussi détecté des implantations de l’âge du bronze, de l’âge de fer, on encore romaines. Ils ont même retrouvé des tranchées creusées autour de Stonehenge par l’armée britannique pour servir de lieu d’entraînement aux troupes, durant la première guerre mondiale.

L’ensemble est aujourd’hui en train de redessiner totalement le paysage de Stonehenge et son histoire, qui s’étendrait sur une période de 11.000 ans. « Le Stonehenge Hidden Landscapes Project est unique à plusieurs titres », affirme le professeur Gaffney. « Non seulement il a révolutionné la manière dont les archéologues utilisent les nouvelles technologies pour interpréter le passé, mais il a aussi transformé notre compréhension de Stonehenge et de ses environs ».

Le blog de Jean-Paul Fritz sur le site du « Nouvel Obs » : Chroniques de l’Espace-Temps

Sources

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

Source officielle : RTS.ch

Je travaille progressivement à la réparation de TOUS les articles sans pouvoir assurer que demain, ils ne connaîtront pas d'autres avaries...
Sans relation mais parfois intéressant 🙂

Pas de commentaires autorisés.