sacs-plastiques

Terre – Sénégal : Sur le terrain vague d’un quartier de la Foire de Dakar aux airs de décharge insalubre, Galaye Thiam et ses collègues vendeurs de bétail surveillent leurs moutons, entre cartons piétinés et bouteilles vides. Les bêtes retournent de leur museau des sacs plastiques usés dans l’espoir d’apercevoir une brindille d’herbe émerger de la terre sablonneuse.

« Nous remarquons rapidement un animal qui a mangé un sachet : son ventre gonfle et le reste maigrit, il faiblit et devient vulnérable aux maladies, explique Galaye Thiam, l’air désabusé. Cela le tue en deux mois, alors nous nous dépêchons de l’abattre nous-mêmes pour ne pas perdre la viande. »

Le mbouss, qui signifie en wolof le petit sachet plastique fin distribué à tour de bras dans les boutiques sénégalaises, est la plaie des éleveurs et des agriculteurs. Leurs champs en sont couverts et leurs troupeaux en sont victimes.

Galaye Thiam a testé plusieurs méthodes pour tenter de soigner les moutons ou les vaches touchés, comme celle de leur faire manger du sel pour aider à la digestion. En vain.

Soit.

La bonne nouvelle, c’est la loi votée le 21 avril 2015 par l’Assemblée nationale du Sénégal pour interdire la vente, la production, la détention et l’importation des sachets fins. Pour les vendeurs de bétail, elle représente l’ultime occasion de débarrasser le pays de ce fléau du plastique.

Au Sénégal, ces sachets fins et fragiles ont une durée d’utilisation qui n’excède pas vingt minutes, et finissent éparpillés près de l’entrée des villages. Selon des estimations du ministère de l’environnement, la seule région de Dakar produit 5 tonnes de déchets plastiques par jour, et quelque 70 000 tonnes seraient dispersées à travers le pays.

—————-

Si le sujet vous intéresse, je vous propose cet excellent article >>> Clic Clic Clic

Je travaille progressivement à la réparation de TOUS les articles sans pouvoir assurer que demain, ils ne connaîtront pas d'autres avaries...
Sans relation mais parfois intéressant 🙂

2 commentaires

  1. Il serait temps que cette loi soit une généralisation universelle !
    Et pas que les sachets, les pesticides, le nucléaire etc…

    • Il y a des choses qui se passent un peu partout. Des opérations de nettoyage, des lois qui interdisent les sachets en plastique dans les magasins se multiplient. Pour les pesticides, je pense que nous devons aider nos agriculteurs dans nos régions. Passer par eux pour se fournir. Il y a aussi beaucoup de jardins communautaires aujourd’hui. Pour le nucléaire, il faut vraiment que nous trouvions des énergies plus performantes. Mais, il y a beaucoup d’équipes qui s’y collent dans le monde. Je vous tiendrai au courant le plus possible sur tout ce qui se fait 🙂
      Bonne Année! Le meilleur pour les vôtres et vous-même