shops-1026420_640Pour votre portefeuille : Si vous avez envie de vous mettre à votre compte, je vous propose ici quelques astuces pour ne pas vous endetter inutilement!

Sur quelle base? Eh bien, il y a longtemps, avec deux amis, nous avons décidé d’ouvrir une SPRL qui a fait faillite en quelques mois… De ce fait, j’aimerais vous soumettre quelques « conseils » pour que notre mésaventure ne devienne pas la vôtre.

Je vais prendre notre exemple pour vous expliquer ce qu’il ne faut pas faire :

Soit, la société proposait de trouver n’importe quel objet en Belgique sur la base d’un simple formulaire à remplir. Les formulaires étaient accessibles dans toutes les postes de Bruxelles via un présentoir.

Ne voyez pas tout en grand ! 

  • Dès le début de notre aventure, nous voulions que les choses soient faites dans la plus grande légalité. Comme nous étions trois et qu’il faut bien le dire : nous ne nous faisions pas confiance… nous avions choisi d’ouvrir une SPRL.

 

Et donc sans avoir gagné le moindre euro :

  • Pour ouvrir cette SPRL, il fallait déposer 6200 euros de suite sur un compte en banque lié à la société (le tiers de ce que nous devions y placer en 5 ans)

Ensuite :

  • Ouvrir un registre de commerce
  • Disposer d’un comptable (obligatoire pour la gestion d’une SPRL)
  • Acheter les livres comptables
  • Établir un dossier pour la banque (pour obtenir un prêt société)
  • Faire écrire les statuts de la société (qui est qui et qui fait quoi), ce que nous avons fait faire par un avocat véreux (3000 euros)
  • Faire passer ces statuts au Moniteur Belge (25 euros environ)
  • Faire passer l’acte devant un notaire (500 euros)

 

Pour pouvoir exercer notre activité, il fallait :

  • Un siège social qui coûte un loyer et qui doit être éclairé, chauffé, meublé, etc… (1000 euros par mois + 2000 euros de mobilier)
  • Un programme spécial pour pouvoir trouver tout très vite (1000 euros)
  • Des ordinateurs pour renseigner le client (3 ordinateurs + un serveur + les licences légales Windows, Access, etc… 2500 euros)
  • Des casques-micro pour libérer les mains
  • Des chaises de bureau sur des supports à cinq points (sinon problème avec la loi)
  • Du matériel téléphonique avec une centrale (5 téléphones minimum, un fax, un répondeur, une photocopieuse, la licence pour la petite musique d’attente de la centrale qui vous casse les oreilles, l’abonnement (autant de frais fixes), etc.)
  • Des présentoirs sur pieds pour mettre dans toutes les postes de Bruxelles (400 pièces pour quelques milliers d’euros)
  • Les frais d’imprimerie pour les formulaires
  • Du papier
  • Payer les cotisations sociales, les assurances (incendie + plus les mises aux normes (achat de extincteurs et autres))…
  • etc.

 

Pour faire notre publicité

  • Un folder publicitaire, un logo (1500 euros au minimum sans tirage – dessinateurs, etc)
  • De la pub dans un magazine connu.

etc…

———————————————————————————————————————-

———————————————————————————————————————————————————–

Résultats pour nous : 

Nous avons déposé le bilan aux greffes du tribunal le matin. L’après-midi même, des scellés étaient placés sur la porte nous empêchant de vendre le mobilier et le matériel. Même nos vestes ont été confisquées, c’est pour dire!

Le lendemain, cinq personnes ont débarqué chez moi… pour clore le dossier et tenter de me persuader de vendre les emplacements que j’avais obtenus de la Poste. (J’ai refusé)

Tout a été si vite et nous avons été engloutis par une spirale infernale! 

Tout a été vendu pour une bouchée de pain (10% de la valeur réelle). Si nous avions pu vendre notre matériel, nous aurions pu payer au moins nos fournisseurs!….

La perte financière pour deux d’entre-nous a été terrible! Un associé a perdu tous ses avoirs immobiliers qu’il partageait avec sa sœur…

Personnellement, nous y avons perdu toutes nos économies rien que pour payer les employés. Nous avons du déménager pour fuir les fournisseurs… Car n’étant pas tous payés tout de suite, ils venaient frapper directement à ma porte et devenaient de plus en plus menaçants (ce que je comprends, il faut bien vivre)

Comme je travaillais (ouf), j’ai payé durant 15 ans de grosses et de plus petites sommes pour apurer le reste des dettes, car les avoirs immobiliers ne valaient subitement plus grand-chose… Quand au dernier associé, comme il était déjà insolvable, il s’en est bien sorti.

Comment faire? 

Simple : toujours réfléchir à ce qui ne coûte rien

 

Bref, tout ça pour dire qu’il y aurait eu moyen d’éviter tout cela même à l’époque!

Aujourd’hui, il existe d’autres systèmes pour s’établir à son compte et le meilleur, c’est de devenir indépendant à temps complémentaire si vous travaillez déjà ou de vous installer en tant qu’autoentrepreneur sinon.

Soit :

  • Évitez comme la peste une installation en tant que société!
  • Travaillez chez vous. Vous pourrez déduire une partie de votre électricité, du chauffage, du loyer.
  • Réalisez un contrat de mariage avec votre conjoint(e), placez tout vos avoirs sous son nom.
  • Évitez d’acheter trop de matériel. Faites-le au fur et à mesure de l’expansion de votre petite entreprise.
  • Évitez de faire un prêt. (Et s’il le faut : mieux vaut parfois avoir un petit prêt personnel que l’on saura payer – même si les affaires ne marchent pas tout de suite – de quelques milliers d’euros, plutôt que d’ouvrir une société et de demander un prêt de société à la banque. Renseignez-vous! )
  • Réfléchissez aux frais mensuels, annuels, aux assurances, à tout!
  • Posez des questions pour ne pas vous retrouver acculé(e) comme nous l’avons été en déposant faillite.
  • Ne soyez pas trop sûr(e) de vous (c’était mon cas… Ego…Ego).
  • Trouvez les meilleurs moyens de faire votre publicité.
  • Réalisez un maximum de choses par vous-même et si vous n’avez pas le choix, renseignez-vous sur les gens qui vont travailler pour vous et aux prix qui se pratiquent.
  • Si vous ne faites pas confiance à un associé, évitez de faire des affaires avec lui.
  • Ne mélangez jamais amitié et affaires.
Je travaille progressivement à la réparation de TOUS les articles sans pouvoir assurer que demain, ils ne connaîtront pas d'autres avaries...
Sans relation mais parfois intéressant 🙂

Pas de commentaires autorisés.