Pour l’Egalité : Une quinzaine de producteurs agricoles du Québec se lancent dans le commerce électronique.

Leur but? Limiter les coûts de distribution et de détail, tout en transigeant directement avec les consommateurs.

Et alors? Eh bien, dès le 21 mars, ils offriront donc leur viande, leurs légumes et leurs produits transformés sur une nouvelle plateforme web, Maferme.ca.

Un texte d’Alexandre Duval

Nicolas Turcotte et Rhéa Loranger produisent du pigeonneau et du porc à Saint-Gervais-de-Bellechasse. Situées à 45 minutes de Québec, leurs installations sont difficilement accessibles pour la plupart des consommateurs.

D’ailleurs, les ventes à la ferme représentent à peine plus de 1 % de leur chiffre d’affaires. Le reste est essentiellement vendu aux restaurateurs.

Les propriétaires du Pigeonneaux Turlo voient donc dans le commerce électronique une opportunité de croissance.

« On veut se diversifier. On [veut] aller chercher un 8 % ou 10% [de vente aux consommateurs]. Tant mieux si on se rend à 15 % ou 20 %. Moi, je ne serai pas malheureux! » — Nicolas Turcotte, copropriétaire de Pigeonneaux Turlo

L’entreprise Pigeonneaux Turlo. Photo : ICI Radio-Canada

Des économies pour le consommateur

Avec Maferme.ca, ils seront en mesure de présenter leurs produits sous forme de catalogue sur Internet. Les consommateurs pourront alors commander et payer en ligne. Les produits seront ensuite livrés à divers points de service, qui seront établis graduellement partout au Québec, en fonction de la demande.

En éliminant les distributeurs et les détaillants, Nicolas Turcotte et Rhéa Loranger pensent pouvoir offrir leurs produits à prix moindre qu’en supermarché ou en boucherie.

« Quand on compare en épicerie conventionnelle, on leur vend le produit et les marges roulent de 20 à 40 %. Certains épiciers vont même monter jusqu’à 50 % pour certains produits », explique Nicolas Turcotte.
« Je vise à ce que le consommateur puisse aller chercher une économie de 10 à 20 %, peut-être plus, [par rapport au prix d’une grande chaîne]. » — Nicolas Turcotte, copropriétaire de Pigeonneaux Turlo

Nicolas Turcotte, copropriétaire de l’entreprise Pigeonneaux Turlo. Photo : ICI Radio-Canada

Favoriser la consommation locale

Si le prix est moindre pour le consommateur, c’est aussi parce que le site Maferme.ca ne réclame que 2 % des ventes, à quoi s’ajouteront des frais de 3 % pour chaque transaction.

« Dans le fond, c’est d’outiller les agriculteurs pour qu’ils restent en contrôle de leur production et de la distribution, explique Frédéric Biron-Carmel, vice-président aux ventes et au marketing pour Maferme.ca. On n’est pas un distributeur. Le lien, il est direct entre le consommateur et le producteur. »

Déjà, plus de 2700 internautes de partout au Québec ont manifesté leur intérêt à négocier avec les producteurs membres de Maferme.ca.

Lorsqu’ils utiliseront la plateforme, ils seront géolocalisés et sauront immédiatement quels producteurs offrent des points de service près de chez eux.

« Notre plateforme est en développement constant, donc notre offre de produits va s’améliorer au fur et à mesure que les producteurs vont se joindre à la plateforme. » — Frédéric Biron-Carmel, vice-président aux ventes et au marketing pour Maferme.ca

Si Maferme.ca s’adresse uniquement aux producteurs québécois, pour le moment, Frédéric Biron-Carmel annonce déjà qu’il espère étendre son réseau au reste du Canada et peut-être même aux États-Unis dès 2017.

Et vous? 

Source

Je travaille progressivement à la réparation de TOUS les articles sans pouvoir assurer que demain, ils ne connaîtront pas d'autres avaries...
Sans relation mais parfois intéressant 🙂

Une idée? Un commentaire positif? Constructif?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *