Débrouille : Le journal The Independent le titre  : Women are using ‘newspapers’ because they cannot afford tampons, says Salvation Army food bank!

Traduction : Des femmes utilisent des journaux en lieu et place de tampons hygiéniques parce qu’elles ne peuvent plus se les payer!

Eh oui, c’est en Grande-Bretagne que ça se passe! ET c’est GRAVE! 

J’aimerais donc revenir sur un objet : la cupine que je recommande à toutes les femmes – même et surtout celles qui ne sont pas dans le besoin – En gros : achetez une cupine même si vous n’allez pas l’utiliser (juste au cas où)

cupine

S’il vous plaît, ne placez pas des journaux dans votre vagin ni dans le fond de votre slip. Il y a du plomb dans l’encre! 

Lisez cet article pour en savoir plus >>> Clic Clic Clic

Il y a moins d'enseignements dans ces articles que d'indications d'étude : le désir de ceux qui liront complétera vite et bien toutes leurs imperfections.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  

2 commentaires

  1. Rectification orthographique (…).
    Pour une fois que la prestituée des merdias sert à autre chose qu’à se torcher le séant. Arf, arf !!
    Bon, ces tampons sont toujours de la cellulose bien que la toxicité des encres soit réelle. A moins de prendre un journal traitant de l’écologie. Et puis en cette période de tatouage généralisé, c’est dans le vent. Jadis, les prédicateurs lisaient l’avenir dans le poisson nous explique la BD Astérix « Le devin ».

    Blague à part, nos arrières grands mères prenaient des serviette en tissus. C’est encore le cas en Inde aujourd’hui. Je le sais pour y avoir vécu et ils sont des millions et pas que les pôvs.
    Le drame est surtout la pauvreté qui se développe alors que les banques se sont partagée des richesses qui sont pour eux en hausses de 40%.
    Mais bon, ça va encore énerver madame Sandron de discuter culture générale et de pôvs