Cultiver – Gain de temps : Afin de n’arroser vos bacs de plantes qu’une fois par mois, voici une méthode utilisée par la Thaïlande.

Je vous montre et vous explique dessin par dessin :

klantang

Image 1 : prenez un pot de fleur assez grand

Image 2 : faites trois trous au milieu

Image 3 : placez un pot plus petit (ou il suffit de couper une bouteille en plastique en deux)

Image 4 : faites un trou dans le petit pot ou plusieurs et glissez un tube dedans afin qu’il fasse la jonction entre le petit pot au centre et l’air ambiant…

Image 5 : remplissez la partie grise avec des boules d’argex ou des cailloux

Image 6 : posez un lit de terre de 5 bons centimètres dans lequel vous plantez.

arrosage

Une photographie explicite

arrosage1

Pour en savoir plus, je vous propose le lien source des images et de l’info >>> Clic Clic Clic

Je travaille progressivement à la réparation de TOUS les articles sans pouvoir assurer que demain, ils ne connaîtront pas d'autres avaries...
Sans relation mais parfois intéressant 🙂

5 commentaires

  1. Cause autant que tu voudras, ça ne fonctionnera toujours pas chez nous ma grande ! LOL

  2. Dans un pays ou le taux d’humidité est de 100% ça fonctionne parfaitement. Pas sous nos latitudes.
    A revoir….

    • Tout d’abord, l’Humano est lu dans le monde entier et pas seulement dans nos contrées. Ensuite, lorsque le taux d’humidité atteint 100%, cela veut-il dire que nous respirons de l’eau pure ? Pourtant, dans les pays tropicaux, nous ne nous noyons pas en respirant !

      Oui, mais c’est là une belle leçon de choses concernant les statistiques. Certains se révèlent extrêmement habiles quand il s’agit de les manipuler pour soutenir des idées… pour le moins aberrantes. La question essentielle à se poser, avec les pourcentages, c’est 100% de quoi ?

      La véritable dénomination de cette grandeur est l’humidité relative. L’humidité n’a donc dans le langage courant rien d’absolu ; elle est relative à un niveau maximum – mais faible – de vapeur d’eau dans l’air. Remarquez qu’il s’agit ici de vapeur, pas de liquide. Même quand le taux d’humidité relative monte à 100% à température ambiante – elle varie avec la température -, il n’y a qu’une molécule d’eau pour quarante ou cinquante « molécules » d’air.

      Le mot « vapeur » est d’ailleurs assez amusant. Tout ce qu’il signifie est « gaz », cet état de la matière dans lequel les molécules volent librement, laissant d’énormes espaces entre elles. Toute substance peut être transformée en gaz si on la chauffe suffisamment (ou si on diminue la pression) pour complètement séparer ses molécules les unes des autres. C’est seulement quand le gaz en question vient de quitter le liquide qu’on le nomme vapeur. On qualifie l’oxygène de l’air de gaz parce que nous (en majorité) ne l’avons jamais vu sous forme liquide. Mais nous ne qualifions pas en général l’eau gazeuse de gaz car elle provient de l’eau liquide (accompagnée de bulles de dioxyde de carbone). On l’appelle vapeur d’eau.
      Mais, d’abord, pourquoi l’eau choisit-elle de se transformer en vapeur ? Quelle que soit sa température, l’eau trouve un équilibre unique entre sa tendance à se trouver sous sa forme de liquide et sa tendance à se trouver sous forme de vapeur. A des températures élevées, cet équilibre favorise la vapeur, car les molécules se déplacent plus vite et peuvent s’échapper plus facilement. Et donc, plus la température est élevée, plus l’eau a tendance à se trouver sous forme gazeuse plutôt que liquide. La pression intervient également sur cet équilibre.

      Si vous mettez de l’eau à une certaine température dans une boîte fermée, elle remplira la boîte avec une quantité de vapeur caractéristique de sa température, et s’arrêtera. Le processus s’arrête quand il y a autant de molécules liquides à quitter le liquide que de molécules gazeuses à frapper la surface du liquide et à y rester collées. Quand ces deux processus se produisent à la même vitesse, il n’y a plus de changement apparent : le liquide et la vapeur sont en équilibre.

      Beaucoup de gens, y compris certains scientifiques, aimeraient dire que l’air de la boîte est maintenant saturé en vapeur d’eau, comme si c’était un chiffon mouillé retenant autant d’eau qu’il le peut. Mais c’est une façon trompeuse de voir les choses. Nous le disons autrement : la quantité de vapeur dans la boîte est égale à 100% de la quantité maximale possible à cette température. Autrement dit, l’humidité relative est de 100%. S’il n’y avait que la moitié de cette quantité d’eau, on dirait que l’humidité relative est de 50%, et ainsi de suite…

      Si nous vivions dans une boîte close contenant un peu d’eau liquide, l’humidité relative serait toujours de 100% – 100% de la quantité maximale de vapeur à cette température. Mais ce n’est bien sûr pas le cas. Nous sommes soumis à des vents qui changent constamment, qui portent de l’air chaud, de l’air froid, de l’air à haute ou basse pression, et à tout ce que le climat a trouvé pour éparpiller la vapeur d’eau d’un endroit à un autre. C’est pour cette raison que le taux d’humidité n’est pas toujours de 100%, même quand il pleut, ni même au-dessus des océans.

      Dans un hammam ou dans un sauna, l’humidité relative est de 100% et des poussières. Pour commencer, la température est délibérément élevée, pour qu’il y ait autant de vapeur d’eau que possible dans l’air. Mais, en plus de cette quantité maximale de vapeur d’eau, il y a de petites gouttes d’eau en suspension dans l’air. On appelle cela le brouillard. Dans un hammam, vous respirez en fait de l’eau liquide. Mais personne ne s’est jamais noyé en respirant du brouillard à une température raisonnable, car il y a largement assez d’air entre les gouttes en suspension.
      Attention tout de même : la vapeur d’eau peut atteindre des températures dangereuses, selon la façon dont elle a été produite et selon la pression. La vapeur d’un hammam est de la « vapeur froide », qui n’est pas plus chaude que l’air de la pièce. (Src

      Je dirais donc plutôt qu’à revoir… à tenter et à améliorer si on le souhaite…:) Stay positive!

      • Jean Marc Mariani

        Wow!! Ca c’est de l’explication! 🙂 Merci Ema. Tout ce qui pourrait permettre d’économiser la précieuse eau mérite d’être testé.

        • Oui, je le pense aussi. Très sincèrement! Merci pour votre soutien 🙂 Je crois en l’Humain, il est tellement ingénieux qu’il trouvera des moyens de rebondir 🙂

Une idée? Un commentaire positif? Constructif?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *