Artisanat asiatique : Devenir Maître Laqueur? Oui, oui…

Artisanat – Pour l’emploi : Au gré de mes promenades, je suis tombée sur une vidéo où l’on voit un Maître laqueur coréen.

Et alors? Eh bien, j’ai trouvé très intéressante (et cruelle) la manière dont est récupérée la sève toxique de divers arbres de la famille des Anacardiaceae

récolte laque

Comme vous le voyez sur les images, des stries sont imprimées dans le bois… dans cette blessure suinte de la sève qui est récupérée d’un simple geste de gauche à droite … avec un couteau à bout pointu…

Et puis? Et puis, la sève est récoltée dans un pot…

… la matière est mélangée avant d’être posée sur une plaque en verre (par exemple) à la spatule

L’artisan enduit un pinceau bien spécial… (l’image n’est pas très nette, mais le Maître tient dans sa main un pinceau… au bout, il y a un rectangle de poils (Ils sont plantés très serrés pour que la laque – une fois répandue et sèche – ne présente aucun “coup de pinceau”))…

Voilà, peut-être que tout ceci pourrait vous inspirer. Vous donner envie de vous lancer dans cet art. De partir au Japon (car la Corée n’est pas très sûre pour le moment…) ou ailleurs pour apprendre et poursuivre la tradition.

Car d’autres procédés/apprentissages sont possibles. Comme l’incrustation de nacre dans la laque en Asie du Sud-est et dans l’Extrême-Orient, en général; l’assemblage de feutre dans l’art des steppes.

Peut-être qu’un jour, on parlera de vous comme de ces graveurs d’estampes célèbres de  l’Ukiyo-e? Qui sait :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *