Plantes médicinales : Vous cueillez/plantez ? Voici quelques informations importantes!

Les plantes magiques – Potion – Se faire une infusion –

De plus en plus de personnes vont cueillir des plantes pour faire de multiples préparations.

Personnellement, je réfléchis qu’il est bon de connaître, d’apprendre et de tenter de comprendre les savoirs et les techniques de l’herboristerie/phytothérapie/etc… en cas de coup dur! (Survie, par exemple)

Par contre, je réfléchis tout à côté que SI TOUT VA BIEN …. il vaut mieux acheter des thés, des herbes médicinales, des hydrolats, des macérats, des gélules dans les pharmacies, herboristeries….

….en plus clair, qu’il ne faut pas aller cueillir ni fabriquer des produits médicinaux quand rien n’y oblige et, surtout, sans avoir un certain niveau de compétence dans le domaine.


Pourquoi?

– Pour ne pas perdre une grande partie de l’activité pharmacologique de votre produit par méconnaissance (méthode analytique).

– Parce que pour récupérer le meilleur d’une plante, certaines techniques ne peuvent être produites qu’en laboratoire (supercritique).

– Parce que les formules composées sont compliquées et doivent être strictement mises en place. (Ex, les parties aériennes du séneçon vulgaire contiennent des alcaloïdes pyrrolizidiniques qui sont toxiques pour le foie).

  • Sur le net, vous pouvez trouver des explications partielles et/ou parfois totalement fausses. (Croisez les infos plusieurs fois et surtout les miennes. Je ne suis pas à l’abri de dire de grosses bêtises aussi…même si j’essaie de faire mieux…puis encore mieux… puis encore mieux…)

– Parce que les « simples » sont souvent d’une extrême complexité et qu’il n’est pas rare de trouver plusieurs centaines de molécules différentes dans une seule plante (et donc en règle générale dix applications possibles… En gros : un peu comme si chaque plante pouvait tout soulager ou autrement dit, qu’aucune n’a vraiment une et une seule application (un peu comme la sauge qui est utilisée pour une dizaine de maux …))

etc.

On peut se tromper facilement entre la carotte sauvage, la ciguë (petite et grande), l’achillée, etc… Et les conséquences ne sont pas moindres…

A la limite, les tisanes (thés) des plantes les plus connues et facilement identifiables ne posent pas trop de problèmes… (Même s’il faut être prudent(e))

A savoir : pour les infusions, il existe de manière générale quelques principes de base :

– 1 cuillère à soupe de plante séchée et coupée pour 1 bol d’eau (A savoir : un bol d’eau = 1/4 de litre)

– boire 3 à 4 bols par jour, soit 3/4 de litre de tisane par jour

– pour une action profonde, la cure durera 3 semaines.

  • la tisane sera bue de préférence chaude et en dehors des repas.
  • Dans n’importe quel cas, ne pas faire boire les enfants ou la femme enceinte SANS prendre avis chez votre médecin de famille.

On vous aime!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *